Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sélection romans Prix Interpol'Art 2015

Publié le par Interpol'Art

La musique du livre: Musique locale pour débuter avec de la Txalaparta joué par Igor y Harkaitz, Paco de Lucia et Entre dos agua ensuite qu'écoute Yaiza/Macrina en bouclant ses valises.

Le très espagnol Manolo Escobar, Que viva Espana, fredonnée par Emma au cours de son enquête, et, pour finir, toujours Yaiza qui voit Bobby Bland chantant Further up the road sur LCI à la fin du roman.

Sélection romans Prix Interpol'Art 2015
Au Fer rouge-Marin Ledun
L'avis de Quatre Sans Quatre

Au fer rouge n'est pas vraiment une suite de l'excellent thriller L'homme qui a vu l'homme. Certes, on y retrouve quelques personnages déjà vus, mais l'angle de prise de vue est totalement différents et la situation politique locale a complètement changé. Les militants basques et la sale guerre qui leur est livrée sont bien évidemment évoqués mais ils ne sont plus, comme dans le précédent roman, ni vraiment présents, ni réellement actifs, ils sont devenus des prétextes. Marin Ledun pose crument la question du devenir de ces policiers, agents des gouvernements, délinquants de droits communs employés comme nervis. L'habitude de la transgression et de l'impunité ne s'efface pas d'un claquement de doigts. La corruption, aussi grimée qu'elle soit, prend toujours le même chemin, meurtre, argent sale, came, trafic, injustice... Quand les états jouent avec les limites de la loi, les transgressent au prétexte d'efficacité, les couvrent à grands renforts de « secret défense », alors, il n'y a plus ni justice, ni sécurité. Quand une autorité donne tous les droits et l'impunité à des hommes, elle ne peut plus faire machine arrière et doit perpétuellement essayer de limiter la casse et se couvrir elle-même. Au fer rouge présente une magnifique galerie de personnages, vivants, réalistes décrits un style net, sans superflu qui va droit au but avec justesse et efficacité. Mention spéciale pour Aaron Sanchez, truand perdu dans son costume de chef d'entreprise, Yaiza, la prostituée futée prise dans une histoire qui n'est pas la sienne et Javier Cruz, le flic/barbouze/truand qui ne sait plus où il se trouve... Un thriller très politique, au sens noble du terme, terriblement réaliste et crédible, parfaitement écrit et construit. Les hommes sont broyés par la terrible machine de la violence d'État, la corruption, l'ambition et la rapacité certaine d'être impunie. Du suspense plus qu'il n'en faut, aucun protagoniste ne suivant réellement le rôle que lui donne la société, le lecteur ne peut être que surpris. Encore une plongée totalement passionnante dans les nauséabondes habitudes prises au Pays basque, un terrible constat à découvrir vite... Notice bio Marin Ledun est né en 1975. Il est docteur en sciences de l’information et de la communication et a été chercheur à France Télécom de 2000 à 2007. Auteur de nombreux romans et essais, il a reçu, entre autres, le Prix Mystère de la Critique en 2011 pour La guerre des vanités (Gallimard – Série noire) et Grand Prix du roman noir du Festival de Beaune, toujours en 2011 pour Les visages écrasés (Le Seuil - Romans noirs). Il est aussi l’auteur de plusieurs pièces radiophoniques pour France Culture. Au fer rouge est la suite de son précédent polar, L'homme qui a vu l'homme, déjà paru chez Ombres Noires en janvier 2014 et couronné par le Prix Jean-Amila Meckert.

Commenter cet article