Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sélection romans : Prix Interpol'Art 2015

Publié le par Interpol'Art

Thomas  Bronnec
Thomas Bronnec

Couloirs

Un roman noir pour découvrir les initiés de Bercy

Journaliste, fin connaisseur du ministère de l'Economie, Thomas Bronnec imagine un roman policier sur fond d'intrigue politique qui aurait pu - qui sait ? - rejoindre la réalité

Les «Initiés», ce sont les hommes de l'ombre. Omnipotents, issus de l'élite de l'administration française, ils ont beau avoir choisi des carrières différentes, ils resteront toujours membres de la même confrérie, à vie : l'Inspection des finances. Et qu'ils soient au service du public ou dans le privé, de préférence dans la banque, ils ont en commun deux vertus essentielles : la loyauté absolue envers leur institution, et une solidarité sans faille les uns envers les autres. Alors quand certains, plus idéalistes, plus jeunes, se piquent de remettre en cause ces règles, le moteur se grippe, l'institution se défend, et le drame est inévitable. Telle est la trame du nouveau roman policier de Thomas Bronnec, "Les initiés" (Gallimard). Journaliste à France-Télévisions, il a couvert longtemps le ministère des Finances, dont il connaît les moindres recoins, toutes les habitudes et les petites mesquineries. «Bercy est un objet littéraire, désormais», précise-t-il pour éviter qu'on lui prête, dans son roman, des révélations journalistiques. Car l'histoire des «initiés» s'inspire de faits réels, et ses protagonistes ont quelques ressemblances pas forcément fortuites avec des personnages ayant participé à ces mêmes évènements.

L'histoire commence en 2008, lors du plan d'aide bancaire décidé par Bercy, sous l'autorité de Christine Lagarde, avec le feu vert de Nicolas Sarkozy. Surtout, un plan concocté par la direction du Trésor en partenariat avec les banques françaises. A l'époque, toutes les banques avaient été invitées à y participer, même si aux yeux de beaucoup d'observateurs – mais cela ne fut jamais prouvé – ce saut collectif était une manière de masquer la vraie faiblesse de certains, BNP Paribas en tête, passée à deux doigts du gouffre lors de la crise des subprimes.

Thomas Bronnec imagine un établissement financier, le Crédit parisien, dont le président, l'un des «parrains» de l'Inspection des finances, a conçu le plan avec ses amis de Bercy et en a profité pour consolider ses positions dans le paysage financier en rachetant l'un de ses concurrents en difficulté aux Pays-Bas. Aucune ressemblance avec le président de BNP Paribas Michel Pébereau, dont la présence dans le bureau de Christine Lagarde, au milieu des pontes de la direction du Trésor, en pleine nuit de sauvetage de Dexia, suscita bien des commentaires...

La fiction prend le pas sur la réalité lorsque l'Inspection des finances est chargée d'un rapport sur cette séquence, pour dédouaner – ou non – Bercy. Un tel rapport n'a jamais été commandé dans la vraie vie. Mais si tel avait été le cas, que se serait-il passé? Dans «Les initiés», ce sont deux jeunes inspectrices, idéalistes et naïves, qui finiront par commettre l'impensable : trahir leur corps en voulant faire éclater la vérité. Crimes, intrigues politiques, guerre larvée entre le ministère des Finances, incarné par une ministre frondeuse et l'Elysée, coeur du pouvoir et du conservatisme... En arrière plan du roman, Thomas Bronnec a glissé quelques unes de ses convictions, nées d'années de pratiques de journalisme économique : «La difficile pratique de l'indépendance de l'Inspection générale des finances, censée être une institution totalement objective et qui est soumise, perpétuellement, à la pression politique», ou encore « la difficulté d'être un ministre de l'Economie sans poids politique, lorsque l'on est coincé entre son administration et l'Elysée». Sans oublier «les soupçons de collusions d'intérêts entre une certaine élite ». Cocktail pessimiste, roman noir. Une bonne manière de découvrir les coulisses du ministère pour «les non initiés».
Par Cyrille Lachèvre

Commenter cet article