Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sélection BD Prix Interpol'Art 2015

Publié le par Interpol'Art

Fatale
Fatale

Fatale- Cabanes/Manchette

La prose de Jean-Patrick Manchette, quand on y a goûté une fois, il est difficile de s'en passer, et ce n'est pas Jacques Tardi qui dira le contraire ! Après La princesse du sang, Max Cabanes s'attaque à Fatale, neuvième livre de l'auteur d'Ô dingos ô châteaux. Originellement paru en 1977, ce prototype parfait du roman noir met en scène et déconstruit, plus que violemment, la petite bourgeoisie de province par l'entremise d'une tueuse en série en mission rédemptrice. Ça va saigner, mais ce n'est que justice. Cabanes, assisté par Doug Headline, a choisi une approche ultra-respectueuse dans son adaptation. Dans sa tâche, il est grandement aidé et guidé par le style sec et limpide de Manchette, dont il réutilise les mots par l'intermédiaire de nombreux textes narratifs. Ces derniers, judicieusement placés au fil de l'album, permettent de détailler rapidement tel ou tel point secondaire du scénario, sans en briser le rythme. Le passage des lettres à la bande dessinée se révèle remarquable, à la fois respectueux et créatif. Graphiquement, le dessinateur fait étal de tout son talent, particulièrement dans le domaine des textures et de la couleur. Cette maîtrise de la matière habille littéralement un trait réaliste et lui donne une espèce de densité quasiment tangible. La pluie vous glace l'échine, tandis que l'encaustique des intérieurs des parvenus de Bléville vous agresse les narines ! Par contre, si l'ambiance est parfaitement restituée, ces descriptions, frôlant un baroque parfois étouffant, se retrouvent un peu en porte-à-faux avec l'aridité volontaire de l'écrivain. Malgré ce bémol très mineur, cette version BD extrêmement maîtrisée de Fatale se dévore avec une certaine jubilation, celle de voir la médiocrité humaine se décomposer sous le poids de ses propres tares.

Par A. Perroud- Bd Gest

Commenter cet article